1 commentaire

  1. Y
    18 novembre 2011 @ 19h06

    Dernier Tango ? Quelle bizarrerie que ce titre… A moins qu’il ne soit le vecteur d’une reconnaissance de filiation ou d’un retour au pays ¿ Bs As, quando te vuelvare ?
    L’ouvrage apporte la preuve par 4/8 que l’oscillation binaire du quartz (0 et 1) est la filiation du rythme binaire (2/4) de la Vieille Garde. La génération du Jean/Basket et celle de la puce électronique se nourrissent de la substantifique moelle. Nonobstant tout conflit intergénérationnel, le tango est vif pour longtemps, nourri de ses propres respirations et syncopes, effectivement partie intégrante du patrimoine culturel de l’humanité.
    Prochain tome dans très peu d’années, probablement écrit par cette génération actuellement dans le bourdonnement de l’école primaire… Puisse-t-il encore affirmer avec la même lucidité que le respect aux cheveux blancs n’aliène nullement l’innovation par la sève montante!
    L’auteur du livre délivre son analyse d’une genèse qui conduit à l’état des lieux actuel et impose l’évidence raisonnée de la pérennité d’une culture fondamentale. Le tango n’est pas une vieille chose désuète. Un deuxième âge d’or est en inflorescence !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *