Quand Dieu Dansait le Tango

Laura Pariani

Roman

Serait-il tendance aujourd’hui d’associer Dieu (les dieux disons, ne lésinons pas) au tango ? Les témoignages de cette collaboration foisonnent dans le répertoire littéraire. Mais où niche le rapport ? Nous pouvons soupçonner une déification de l’idéal, tout comme s’il était nécessaire d’en avoir un pour escalader le mont Olympe. Mais le tango dans la pléthore romanesque, que diable vient-il faire dans cette galère ? Son rôle apparaît quelquefois insignifiant, anecdotique dans l’intrigue, purement décoratif comme une sorte de figure de proue installée pour séduire ou impressionner.

Et bien ici, dans ce livre qui est l’œuvre d’un véritable écrivain maniant fort bien le verbe, l’ombre fantomatique du tango est obsédante. La difficile condition féminine en Argentine pendant le grand siècle du tango est le fil conducteur de cet essai qui, revêtu d’un costume romanesque, évoque le mal être qui en ce temps taraude un peuple argentin en déphasage avec la culture occidentale qu’il observe et qu’il annexe, mais qu’il refuse d’accepter comme sienne, selon la prédisposition naturelle à dénigrer ou vouloir détruire ce que l’on n’a pas. Nous accédons à une source d’inspiration privilégiée par les paroliers du tango au XXème siècle.

Y.

Réf. Bibliothèque Braise Tango: RR11