1 Comment

  1. Lecteur anonyme
    10 décembre 2020 @ 14h10

    Des mots sur des souffrances.
    L’histoire commence à Madrid pour plonger rapidement là-bas en Argentine pendant la dictature militaire des années 1970, pour faire remonter mot après mot le destin d’une enfant et de ses proches dans une tourmente quasi indicible, pour témoigner sur ces bébés arrachés à leur mère et confiés à leur bourreau.
    Cette enfant cristallise dans son sillage l’idéalisme de tous ces opposants pleins du désir de vivre heureux, les horreurs de la persécution, l’immoralité obscène de tant de tortionnaires, le silence complice de tant d’autres, la détresse des mères et grand-mères de la place de mai, la lâcheté de ceux qui n’ont pas voulu voir ou savoir mais aussi l’héroïsme de ceux qui n’ont pas accepté.
    L’écriture de l’auteur est comme un tricot qui se monte avec les mailles de l’instant présent à Madrid et les mailles du passé en Argentine, mailles étroitement mêlées.
    Page après page, l’émotion est au rendez-vous et bien souvent aussi l’accablement et l’affliction devant tant de souffrances et d’atrocités.
    C’est un livre poignant, puissant, bouleversant.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.